Pourquoi nos ancêtres bénéficiaient-ils d’une meilleure fertilité que la nôtre ?

Suite de l’article 1

L’hygiène de vie de l’homme et de la femme impacte leur fertilité. Elle impacte également la santé et la fertilité de l’enfant à venir. L’alimentation ancestrale et les traditions en terme de périnatalité ont beaucoup à nous apprendre.

L’année précédant la grossesse, la grossesse elle-même et les deux premières années de vie du bébé sont les périodes les plus importantes pour déterminer la trajectoire que prendra sa santé.

On a tous entendu l’exemple qui suit : “Oui mais le vieux Alphonse, il a fumé et bu toute sa vie en mangeant des cornettes et il a bien vécu jusqu’à 89 ans”. Et bien c’était certainement le premier de sa lignée à cumuler alcool, cigarette et malnutrition. Il a probablement eu la chance d’hériter de ses parents d’un très bon capital de santé. Il a certainement bénéficié d’une alimentation traditionnelle lorsqu’il était enfant et dans le ventre de sa maman. Alphonse a donc pu puiser dans ce capital tout au long de sa vie sans développer de maladies spécifiques. Ses descendants, si il en a eu, n’auront certainement pas sa chance s’ils mènent le même train de vie. A moins qu’Alphonse aie commencé la débâcle après les phases de conception de ses enfants. 

Alimentation ancestrale

Une comparaison entre peuples primitifs et modernes

Un livre incontournable sur le sujet est l’étude scientifique du médecin dentiste Weston A. Price: “Nutrition and physical degeneration, a comparison of Primitive and Modern diets and their effects”. Réalisée dans les années 1930, son étude compare l’état de santé et les caractéristiques physiques et mentales des peuples “modernes” avec les peuples dits “primitifs”. Ces derniers n’avaient pas accès à l’alimentation industrielle, ils vivaient de manière traditionnelle et en contact étroit avec la nature. Il visita notamment les communautés Gaéliques, des peuples indigènes d’Amérique du Nord et du Sud, des tribus africaines, des aborigènes d’Australie, des Eskimos, des paysans suisses du Loetschental etc. 

Les résultats de son étude sont d’une importance capitale. Les individus des peuples industrialisés présentaient des dégénérescences physiques et mentales qui étaient absents chez les peuples isolés. Les individus des peuples isolés avaient des physiques harmonieux, des mâchoires plus larges, une dentition sans caries ou déformations, des boîtes crâniennes plus volumineuses, des bassins plus larges chez les femmes. Ils ne présentaient pas de troubles du comportement et avaient tous les signes d’un bon équilibre psychique. Ils étaient très résistants aux maladies et ne présentaient pas de maladie dégénérative. Pour s’arrêter plus particulièrement sur la fertilité, les couples des peuples primitifs concevaient facilement et les femmes menaient des grossesses à terme sans problèmes, elles accouchaient de manière rapide et sans difficultés.

Que mangeaient-nos ancêtres ?

Les diètes de ces peuples qui vivaient à des milliers de kilomètres les uns des autres comportaient de nombreux points communs. Pour en citer quelques uns : 

  • Tous les peuples isolés mangeaient en abondance des produits animaux (avec des proportions variables entre produits laitiers au lait cru, œufs, viande ou poisson, fruits de mer etc.).
  • L’animal en entier était consommé – la chair, les abats, les os et la graisse – avec une préférence pour les abats et la graisse.
  • Toutes les cultures traditionnelles utilisaient les os des animaux, généralement sous forme de bouillons d’os riches en gélatine.

Si vous souhaitez découvrir ce que mangeaient nos ancêtres dans les montagnes suisses et en savoir plus sur les principes d’alimentation ancestrale c’est par ici.

Périnatalité

Autre point commun, comme cité dans la première partie de l’article, on retrouve dans les traditions ancestrales de différents peuples la conscience de l’impact transgénérationnel de leur hygiène de vie. Ils optimisaient santé et fertilité des couples en âge de concevoir. Ils prenaient soin de la femme enceinte, en post partum et allaitante. Tout ceci pour mettre au monde des bébés robustes qui auront eux-mêmes une bonne santé et fertilité. 

Traditions ancestrales autours de la conception et de la naissance

Cette conscience entraîne nombre de traditions chez nos ancêtres en terme de périnatalité et ce sur plusieurs plans. Le plan physique incluant la nutrition, le sommeil, le mouvement etc. Egalement les plans plus subtiles visant à optimiser l’énergie vitale, réduire le stress, développer l’intuition, augmenter la joie de vivre et l’état d’esprit positif. Je cite ici quelques exemples de thèmes puisés dans les pratiques traditionnelles de médecine ayurvédique, chinoise et européenne.

Alimentation ancestrale

Les aliments les plus riches nutritivement étaient donnés en priorité aux couples en âge de concevoir, aux femmes enceintes et allaitantes et aux bébés. Parmi ces aliments; les œufs, les abats, les produits au lait cru notamment le beurre, le bouillons d’os, les soupes de poisson, les œufs de poissons etc. Les graisses saturées étaient abondamment consommées : beurre, graisses animales, huile de coco, huile de palme (non raffinée évidemment… savez vous que sans traitement industrielle cette graisse est rouge ? ). Dans certaines traditions, les jeunes n’avaient pas le droit de se marier sans avoir suivi une diète particulièrement nutritive pendant plusieurs de mois.

Repos

Les traditions parlent de l’importance du sommeil pour le couple qui prévoit de concevoir. Egalement de réduire le stress et particulièrement pour la femme de réduire le rythme de vie, les activités. Elles conseillent de mettre en place des pratiques de méditation, yoga, relaxation etc. Celles-ci permettent de se plonger dans un cocon positif, de laisser s’épanouir les facettes créatrices de notre féminité et de s’ouvrir à l’âme de l’enfant à venir. C’est également une occasion de se tourner vers l’intérieur de soi et de nettoyer ce qui doit l’être pour devenir un réceptacle accueillant pour recevoir la vie.

Entraide et soutien

La communauté entourait les femmes enceintes et allaitantes afin de leur permettre de se reposer physiquement et d’optimiser leur énergie vitale. En médecine chinoise il est considéré que cette énergie va se transmettre à l’enfant et influencer sa santé physique et sa propre énergie. Dans les 20-40 jours suivant la naissance, d’autres femmes de la communauté assuraient les repas et la tenue du foyer. La mère pouvait alors se consacrer à la création du lien avec son petit, à l’allaitement, à ses autres enfants et au regain de sa propre énergie. Se sentir soutenue et aimée est particulièrement bénéfique dans ces moments. De nos jours il est possible de recréer cette ambiance de cocon en organisant de l’aide avec ses amis ou famille. Egalement en étant suivi par des sages femmes et doula. Demander des repas comme cadeaux de naissance revient joyeusement au goût du jour ! 

Préparer une grossesse en s’appuyant sur les sagesses ancestrales

Dans notre société où santé et fertilité ne cessent de se péjorer, il est à mon sens urgent de faire revivre ces pratiques. La phase de préparation à la conception me passionne particulièrement. J’inclue dans mes accompagnements des notions tirées de ces sagesses ancestrales. Suivant les particularités ou problèmes de santé j’oriente vers des spécialistes de différents domaines. Pour consulter mes prestations c’est par ici.

3ème et dernière partie de l’article prochainement ! 

Pour une recette de bouillon d’os et l’explication de ses vertus c’est par ici ou pour en commander Truebrodo ainsi que Chalet Project font de très bons produits.

Pour des conseils spécialisés en nutrition, micro-nutrition et en alimentation périnatale je recommande entre autres ces spécialistes: 

Alimentation ancestrale et coaching hygiène de vie : Christian Petten, Nutrivore.ch

Cabinet de naturopathie, médecine fonctionnelle et nutritionnelle : Camille Saladin, Sequoyah.ch

Justine Petten, formatrice en symptothermie et fertilité naturelle certifiée en Suisse depuis 2017. Formations et suivis en contraception naturelle, aide et préparation à la conception, troubles du cycle et éducation menstruelle.

Rejoignez-moi sur instagram, facebook, youtube pour des idées de repas et des partages autours des traditions ancestrales en terme d’alimentation, de fertilité et de périnatalité:

Vidéo alimentation ancestrale et fertilité


Sources: 

Nutrition and physical degeneration, Weston A. Price

The first forty days, Heng Ou

Awakening fertility, Heng Ou

The Nourrishing traditions book of Baby and Child Care, Sally Fallon Morell, Thomas S. Cowan, MD

Beautiful babies, Nutrition for fertility, Pregnancy, Breastfeeding and baby first foods, Kristen Michaelis

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer